Solidarité citoyenne contre la pollution sonore

Je soutiens Silence Saint-Lambert

  • Pour obtenir que la Ville de Montréal cesse la pollution sonore du Parc Jean Drapeau et respecte la Loi sur la Qualité de l’Environnement.
  • Pour obtenir que la Ville de Saint-Lambert et ses élus continuent de défendre les citoyens affectés par la pollution sonore, développent une politique active contre toutes les formes de pollution sonore et résolvent le problème durablement.
  • Pour obtenir que le Ministère du développement durable, de l’environnement, et de la lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) fasse respecter la Loi sur la Qualité de l’environnement et défende les citoyens affectés par la pollution sonore.

J’envoie un courriel à: silence.saint.lambert@gmail.com

Un tournant pour 2019?

Le comité bruit Montréal/Saint-Lambert a publié le rapport-bilan de l’été 2018 (voir le rapport-bilan ici). Le problème de bruit est enfin reconnu:

  • près de 500 plaintes,
  • des niveaux de bruit parfois 15dBC supérieurs au bruit environnant (ce qui correspond à un niveau de bruit perçu 32x plus fort, l’échelle de bruit étant logarithmique),
  • une dizaine de recommandations et grands principes d’atténuation de bruit (mise en oeuvre de seuils de bruit, travail sur la programmation, respect de la loi etc.)

Reste à voir si les grands principes seront déclinés en actions concrètes satisfaisantes pour les familles de Saint-Lambert et de Longueuil affectées.

Été 2018: Montréal ne baissera pas le volume

Montréal ne fixera pas de limite de bruit cet été au Parc Jean Drapeau, même si la mairesse Valérie Plante a dit vouloir trouver à terme un terrain d’entente avec la Ville de Saint-Lambert.

Le 8 mai 2018, le conseil de ville de Montréal a adopté une ordonnance qui lève toute limite de bruit pour l’ensemble de la programmation événementielle du Parc Jean Drapeau. Du bruit à prévoir toutes les fins de semaine de mi-mai à début octobre.

Voir

Que va faire Valérie Plante?

Projet Montréal a toujours critiqué les aménagements lancés par Denis Coderre au Parc Jean Drapeau.

Désormais au pouvoir, la Mairesse de Montréal va-t-elle oser revenir sur les investissements insensés de son prédécesseur et lancer une consultation publique? Va-t-elle résoudre durablement le problème de pollution sonore? Va-t-elle tendre la main aux citoyens de Saint-Lambert et respecter la Loi sur la qualité de l’environnement?

Ou bien va-t-elle tout simplement acquiescer devant le fait accompli et les pressions de certains promoteurs privés, au détriment des citoyens?

Voir

 

Trop de bruit, trop souvent

À titre d’exemple, l’été 2014 a vu 75 activités bruyantes en 65 jours: Vans Warped Tour, Îlesoniq, Osheaga, Heavy Montréal, Linkin Park, Arcade Fire, Piknic Electronik, WE du monde, feux d’artifice, Grand Prix, G1 tours…

Le nombre d’événements qui nécessitent une ordonnance spéciale de la Ville de Montréal les exemptant de toute limite sonore au Parc Jean Drapeau est passé de moins de 30 en 2011 à près de 90 en 2017.

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) établit pourtant que le bruit environnemental est devenu un véritable enjeu de santé publique.

Voir aussi:

Coderre a toujours refusé la négociation

Alors qu’il était maire, monsieur Coderre a

  • Refusé de baisser le volume sonore et a même aboli toute limite sonore au Parc Jean Drapeau (contrairement au règlement en vigueur ailleurs à Montréal)
  • Décidé d’investir plus de 75 millions de dollars d’argent public dans de nouveaux aménagements au Parc Jean Drapeau et la construction d’un nouvel amphithéâtre de plein air géant (65000 personnes)
  • Choisi délibérément d’orienter la scène du nouvel amphithéâtre vers la Rive-Sud (en dépit d’études acoustiques désastreuses et de l’existence de solutions alternatives)
  • Refusé de limiter le nombre de jours de pollution sonore
  • Refusé d’envisager d’autres localisations ailleurs sur Montréal

Voir aussi

Saint-Lambert s’en remet à la justice

Après une dizaine d’années d’efforts de médiation infructueux, la Ville de Saint-Lambert porte l’affaire en justice au printemps 2015.

  • Afin de gagner du temps, le Maire Coderre fait appel et perd: le jugement du 19 janvier 2016 de la Cour Supérieure est une première victoire pour Saint-Lambert
  • Le Maire Coderre cherche un second appel et perd à nouveau: le jugement du 7 avril 2016 de la Cour d’Appel conforte le bien-fondé de la cause de Saint-Lambert
  • Saint-Lambert offre néanmoins 5 nouveaux mois de méditation, sur recommandation de la Cour supérieure. Le Maire Coderre refuse tout compromis
  • Les procédures judiciaires reprennent le 12 septembre 2016
  • Les plaidoiries complètes sont déposées en octobre 2017 à la Cour Supérieure qui doit se prononcer sur les dates du procès.

Après 15 mois de retard infligés par Montréal, le procès n’aura lieu au mieux que fin 2018 voire en 2019. Pendant ce temps, la construction du nouvel amphithéâtre Coderre-Evenko se poursuit.

Voir aussi: